Saint-Hubert, Befey, Rabas, Villers-Bettnach

Ces petits villages sont les berceaux d’une des branches NAU : FOLNY et CIRÉ

D’argent à la croix de gueules, cantonnée de quatre serres d’aigle de sable.

 Saint-Hubert est une commune française située dans le département de la Moselle, en région Lorraine – Grand Est.

La commune de Saint-Hubert est nichée au fond de la vallée de la Canner. Cette petite rivière est encore proche de sa source et s’en va vers le nord pour se jeter dans la Moselle à une trentaine de kilomètres.
La commune est très rurale et les entreprises y sont rares.
On compte en réalité le village de Saint-Hubert mais également deux annexes, Beféy (prononcer « béfé-i ») et Villers-Bettnach dont l’abbaye connu une histoire grandiose ainsi qu’un lieu-dit, Rabas.

Saint-Hubert :

A dépendu de la prévôté de Sierck et des Trois-Évêchés.
Les moines de l’abbaye de Villers-Bettnach fondèrent Saint-Hubert en 1602 sous le nom de « Saint-Humbert » qui devint, en raison de la prononciation, Saint-Hubert. Le village fut détruit en 1682. Il ne restait qu’une maison de ferme, puis le village se reconstruisit lentement. En 1720, Saint-Hubert fût rattachée à la paroisse d’Altroff (commune de Bettelainville) qui venait d’être créée.

Befey :
Cette annexe de la commune est en fait un cul-de-sac et son histoire reste peu connue.
Le village tire son nom de fagus (le hêtre), devenu « fou » ou « fau ». Fagitum désignait une hêtraie.
On relève, en 1345, le nom de « Belfey », la belle hêtraie. Ce même nom se retrouve en 1756.
Cette ancienne possession de l’abbaye Saint-Arnould de Metz fut détruite en 1552 et reconstruite en 1572.
Befey est une commune de Moselle de 1793 à 1811. En 1801, le bulletin des Lois écrit Besey.
Rabas :
Rabas n’est ni un village ni un hameau proprement dit mais un lieu-dit symbolique de la commune, entre Befey et Saint-Hubert. En effet, c’est à Rabas que l’on trouve une chapelle du même nom et la source dite de « Charlemagne ».
 Tout proche de la chapelle, on trouve la « source de Charlemagne ». Cette dernière serait due au cheval de Charlemagne qui, en chassant dans cette forêt au début du IXe siècle (lors de ses séjours à Thionville)aurait mis au jour cette source. Quelle que soit la véracité de cette légende, le lieu est resté fréquenté depuis, d’une part car l’eau est potable aujourd’hui encore et parce que la chapelle de Rabas fut implantée dans la foulée.
Villers-Bettnach
Villers-Bettnach est un petit hameau niché au fond de sa vallée connu par l’histoire de son abbaye. Il a donné naissance à Saint-Hubert. Autrefois hameau Lorrain dans le bailliage de Bouzonville (1751-1789). Au début du XVIIe siècle, ce hameau était situé sur la frontière linguistique.
Il fut le chef-lieu communal de 1811 à 1919.
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s